Outrage au public et autres pièces parlées

« Les pièces "parlées" sont des représentations théâtrales non imagées en ce sens qu’elles ne donnent aucune image du monde. Elles montrent le monde non sous la forme d’images, mais plutôt sous la forme de mots ; les mots des pièces "parlées" ne représentent pas le monde comme une chose qui serait en dehors des mots mais plutôt comme le monde dans le contexte des mots eux-mêmes. Les mots qui forment les pièces "parlées" n’offrent pas une image du monde, mais seulement une notion du monde. Les pièces "parlées" sont théâtrales en ce qu’elles puisent tout naturellement dans le langage réel. Elles se servent uniquement de formes qui, même dans la réalité, sont l’expression de notre nature, c’est-à-dire qu’elles empruntent aux formes de langage purement orales. Les pièces "parlées" usent donc du langage naturel de l’insulte, de l’introspection, de l’aveu, de l’affirmation, de l’interrogation, de la justification, de la dissimulation, de la prédiction, du cri de détresse.

Elles appellent la présence d’un interlocuteur, d’une personne au moins, qui écoute. Sans quoi, elles ne seraient pas des expressions spontanées, mais seulement des élucubrations d’auteur. En cela, les pièces « parlées » sont du théâtre. Elles parodient sur le ton ironique tout ce que l’on trouve dans les formes de langage que je viens d’énumérer. » (Peter Handke)

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Outrage au public (traduction Jean Sigrid )
  • Prédiction (traduction Jean Sigrid )
  • Introspection (traduction Jean Sigrid )
  • Appel au secours (traduction Jean Sigrid )

Outrage au public et autres pièces parlées

Auteur

  • Fiche technique
    • Publié en 1968
    • 108 pages
    • Prix : 12.00 €
    • ISBN : 9782851810809

« Les pièces "parlées" sont des représentations théâtrales non imagées en ce sens qu’elles ne donnent aucune image du monde. Elles montrent le monde non sous la forme d’images, mais plutôt sous la forme de mots ; les mots des pièces "parlées" ne représentent pas le monde comme une chose qui serait en dehors des mots mais plutôt comme le monde dans le contexte des mots eux-mêmes. Les mots qui forment les pièces "parlées" n’offrent pas une image du monde, mais seulement une notion du monde. Les pièces "parlées" sont théâtrales en ce qu’elles puisent tout naturellement dans le langage réel. Elles se servent uniquement de formes qui, même dans la réalité, sont l’expression de notre nature, c’est-à-dire qu’elles empruntent aux formes de langage purement orales. Les pièces "parlées" usent donc du langage naturel de l’insulte, de l’introspection, de l’aveu, de l’affirmation, de l’interrogation, de la justification, de la dissimulation, de la prédiction, du cri de détresse.

Elles appellent la présence d’un interlocuteur, d’une personne au moins, qui écoute. Sans quoi, elles ne seraient pas des expressions spontanées, mais seulement des élucubrations d’auteur. En cela, les pièces « parlées » sont du théâtre. Elles parodient sur le ton ironique tout ce que l’on trouve dans les formes de langage que je viens d’énumérer. » (Peter Handke)

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Outrage au public (traduction Jean Sigrid )
  • Prédiction (traduction Jean Sigrid )
  • Introspection (traduction Jean Sigrid )
  • Appel au secours (traduction Jean Sigrid )