Les Rêves de Margaret / Sous les arbres / De l'amour

Philippe Minyana poursuit son œuvre de paysagiste avec les Épopées de l’intime : « Épopées parce qu’il s’agit de traversées. Intimes parce qu’elles emmènent jusque dans les profondeurs des souvenirs, des rêves. »

Les Rêves de Margaret donnent vie à une petite ouvrière qui regarde les gens passer sous sa fenêtre. Margaret rend des services, débouche les oreilles bouchées. Les personnages multiplient les allées et venues, se volent, s’empruntent. Un chien à trois pattes fait son numéro lugubre pour tenter d’amuser ce petit monde.

Sous les arbres superpose les histoires dans l’histoire : les grandes personnes sont des géants ou des ogres. Et la forêt prend son rôle très à cœur en pénétrant dans la maison.

De l’amour donne à voir des désirs brutaux, des gestes instinctifs, des envies de meurtre : Christina et Boby sont mariés. Ils doivent se rendre à une fête d’anniversaire, mais se préparent pour un enterrement. Leurs hésitations vestimentaires contaminent l’espace, jusqu’à devenir existentielles.

Dans cette galerie de personnages, la vie est un labyrinthe mythique et fabuleux, et la violence est le corollaire de la misère.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Les Rêves de Margaret
  • Sous les arbres
  • De l'amour

Les Rêves de Margaret / Sous les arbres / De l'amour

  • Fiche technique
    • Publié en 2011
    • 192 pages
    • Prix : 15.00 €
    • ISBN : 9782851817358

Philippe Minyana poursuit son œuvre de paysagiste avec les Épopées de l’intime : « Épopées parce qu’il s’agit de traversées. Intimes parce qu’elles emmènent jusque dans les profondeurs des souvenirs, des rêves. »

Les Rêves de Margaret donnent vie à une petite ouvrière qui regarde les gens passer sous sa fenêtre. Margaret rend des services, débouche les oreilles bouchées. Les personnages multiplient les allées et venues, se volent, s’empruntent. Un chien à trois pattes fait son numéro lugubre pour tenter d’amuser ce petit monde.

Sous les arbres superpose les histoires dans l’histoire : les grandes personnes sont des géants ou des ogres. Et la forêt prend son rôle très à cœur en pénétrant dans la maison.

De l’amour donne à voir des désirs brutaux, des gestes instinctifs, des envies de meurtre : Christina et Boby sont mariés. Ils doivent se rendre à une fête d’anniversaire, mais se préparent pour un enterrement. Leurs hésitations vestimentaires contaminent l’espace, jusqu’à devenir existentielles.

Dans cette galerie de personnages, la vie est un labyrinthe mythique et fabuleux, et la violence est le corollaire de la misère.