Elle était et elle est, même - Cinq pièces

La première pièce date de 1975 et Jan Fabre avait dix-sept ans. Il l’écrivit pendant ses études à l’Académie des Beaux-arts d’Anvers. Presque seize ans plus tard, il créa la pièce à Amsterdam avec, dans le rôle principal, son actrice préférée, Els Deceukelier. Quand Fabre a présenté le même spectacle au théâtre de la Bastille à Paris, le public fut déconcerté  par un tel défi artistique. Par une étrangeté inattendue qui avait choqué auparavant, en d’autres lieux, d’autres spectateurs. Car, malgré une entrée fracassante sur la scène internationale à l’occasion de la biennale de Venise en 1984, malgré la perfection indéniable de son travail artistique, Fabre est resté quelqu’un qui dérange, qui laisse le public embarrassé.

Le rapport de Fabre au théâtre passe par l’acteur, le décor – donc l’aspect visuel, l’aspect « beaux-arts » du théâtre – mais aussi par la langue. Les cinq pièces recueillies dans ce volume ont, au moins, un trait en commun : la langue est le moteur des actions scéniques et elle leur impose son rythme comme une partition impose sa texture à l’orchestre. Elle est extrêmement structurée et correspond ainsi à la précision souhaitée par Fabre dans son art. Curieusement, elle laisse un grand espace de liberté à celui qui aurait envie de l’interpréter.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Elle était et elle est, même (traduction Willy Devos )
  • L'Empereur de la perte (traduction Willy Devos )
  • Falsification telle quelle, infalsifiée (traduction Willy Devos )
  • L'Interview qui meurt... (traduction Willy Devos )
  • Qui exprime ma pensée… (traduction Willy Devos )

Elle était et elle est, même - Cinq pièces

Auteur

  • Fiche technique
    • Publié en 1994
    • 144 pages
    • Prix : 16.00 €
    • ISBN : 9782851813466

La première pièce date de 1975 et Jan Fabre avait dix-sept ans. Il l’écrivit pendant ses études à l’Académie des Beaux-arts d’Anvers. Presque seize ans plus tard, il créa la pièce à Amsterdam avec, dans le rôle principal, son actrice préférée, Els Deceukelier. Quand Fabre a présenté le même spectacle au théâtre de la Bastille à Paris, le public fut déconcerté  par un tel défi artistique. Par une étrangeté inattendue qui avait choqué auparavant, en d’autres lieux, d’autres spectateurs. Car, malgré une entrée fracassante sur la scène internationale à l’occasion de la biennale de Venise en 1984, malgré la perfection indéniable de son travail artistique, Fabre est resté quelqu’un qui dérange, qui laisse le public embarrassé.

Le rapport de Fabre au théâtre passe par l’acteur, le décor – donc l’aspect visuel, l’aspect « beaux-arts » du théâtre – mais aussi par la langue. Les cinq pièces recueillies dans ce volume ont, au moins, un trait en commun : la langue est le moteur des actions scéniques et elle leur impose son rythme comme une partition impose sa texture à l’orchestre. Elle est extrêmement structurée et correspond ainsi à la précision souhaitée par Fabre dans son art. Curieusement, elle laisse un grand espace de liberté à celui qui aurait envie de l’interpréter.

Ce recueil est composé des textes suivants :

  • Elle était et elle est, même (traduction Willy Devos )
  • L'Empereur de la perte (traduction Willy Devos )
  • Falsification telle quelle, infalsifiée (traduction Willy Devos )
  • L'Interview qui meurt... (traduction Willy Devos )
  • Qui exprime ma pensée… (traduction Willy Devos )