Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

Quelques messages pour l'univers

(Einige Nachrichten an das All)

Quelle est la raison d'être de deux personnages d'une pièce de théâtre ? Comment justifier leur sens, ou du moins : comment seulement en créer un ? Telles sont les interrogations qui hantent Lum et Purl, deux estropiés jetés dans ce monde fictif qu'ils ne comprennent pas et auquel ils ne se sentent pas appartenir. L'unique solution à leur problèmes insolubles apparaît alors clairement : avoir un enfant. Partant de là, ils seront amenés à rencontrer une kyrielle de personnages débridés et rongés par leurs propres craintes, du père Klaus Alberts au Chargé de l'Avancée de la Suite, en passant par Bernd Heinrich Wilhelm von Kleist, tandis que leur enfant à venir prend progressivement la figure du sauveur divin.

À travers son écriture pleine d'originalité, Wolfram Lotz forme une pièce où affleure le tragique mais où l'humour, souvent poussé jusqu'à l'absurde, vient se coaguler, toujours dans l'optique de donner à voir les faiblesses béantes de notre société, de sa recherche effrénée du divertissement pour éviter de penser notre finitude à sa mise à l'écart des droits homosexuels, pour que finalement vienne percer cette ultime question : comment porter une parole qui puisse véritablement dire le monde ?

 

Les autres pièces de Wolfram Lotz à l’Agence théâtrale

Quelques messages pour l'univers

(Einige Nachrichten an das All)

Quelle est la raison d'être de deux personnages d'une pièce de théâtre ? Comment justifier leur sens, ou du moins : comment seulement en créer un ? Telles sont les interrogations qui hantent Lum et Purl, deux estropiés jetés dans ce monde fictif qu'ils ne comprennent pas et auquel ils ne se sentent pas appartenir. L'unique solution à leur problèmes insolubles apparaît alors clairement : avoir un enfant. Partant de là, ils seront amenés à rencontrer une kyrielle de personnages débridés et rongés par leurs propres craintes, du père Klaus Alberts au Chargé de l'Avancée de la Suite, en passant par Bernd Heinrich Wilhelm von Kleist, tandis que leur enfant à venir prend progressivement la figure du sauveur divin.

À travers son écriture pleine d'originalité, Wolfram Lotz forme une pièce où affleure le tragique mais où l'humour, souvent poussé jusqu'à l'absurde, vient se coaguler, toujours dans l'optique de donner à voir les faiblesses béantes de notre société, de sa recherche effrénée du divertissement pour éviter de penser notre finitude à sa mise à l'écart des droits homosexuels, pour que finalement vienne percer cette ultime question : comment porter une parole qui puisse véritablement dire le monde ?

 

Les autres pièces de Wolfram Lotz à l’Agence théâtrale