Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

L'heure des Confessions

(Ocisteni)

Marek est un romancier entre deux âges qui, s’il ne rencontre qu’un succès modeste, est nominé pour le prix Nike. Une nuit, après une soirée arrosée, il viole Mikuláš, le jeune fils d’un couple d’amis, après l’avoir drogué aux somnifères. S’il croule ensuite sous la culpabilité et le remords et souhaite se rendre à la police pour tout avouer, son éditeur, Andrzej, le convainc plutôt d’accomplir sa confession lors d’une émission télévisée afin de démultiplier ses ventes et de lui assurer une imparable promotion pour la course au prix littéraire. Avec cette pièce, Petr Zelenka dévoile tout autant une société confondant besoin de vérité et impératif du spectaculaire qu’une justice plus intéressée par des litiges entre entités abstraites que par la moralité profonde des actes individuels. Là où l’industrie du divertissement signe progressivement la fin des impératifs moraux, et où les frontières de l’intime ne furent jamais si poreuses, vers qui d’ailleurs se tourner pour d’authentiques aveux ?

Les autres pièces de Petr Zelenka à l’Agence théâtrale

L'heure des Confessions

(Ocisteni)

  • Traducteur
    • Benoît Meunier
  • Fiche technique
    • Texte inédit
    • Langue source : tchèque
    • Nombre de rôles masculins : 6
    • Nombre de rôles féminins : 6

Marek est un romancier entre deux âges qui, s’il ne rencontre qu’un succès modeste, est nominé pour le prix Nike. Une nuit, après une soirée arrosée, il viole Mikuláš, le jeune fils d’un couple d’amis, après l’avoir drogué aux somnifères. S’il croule ensuite sous la culpabilité et le remords et souhaite se rendre à la police pour tout avouer, son éditeur, Andrzej, le convainc plutôt d’accomplir sa confession lors d’une émission télévisée afin de démultiplier ses ventes et de lui assurer une imparable promotion pour la course au prix littéraire. Avec cette pièce, Petr Zelenka dévoile tout autant une société confondant besoin de vérité et impératif du spectaculaire qu’une justice plus intéressée par des litiges entre entités abstraites que par la moralité profonde des actes individuels. Là où l’industrie du divertissement signe progressivement la fin des impératifs moraux, et où les frontières de l’intime ne furent jamais si poreuses, vers qui d’ailleurs se tourner pour d’authentiques aveux ?

Les autres pièces de Petr Zelenka à l’Agence théâtrale