Les Contrats du commerçant. Une comédie économique

(Die Kontrakte des Kaufmanns. Eine Wirtschaftskomodie.)

La cupidité rencontre la cupidité dans la comédie économique plutôt sombre d'Elfriede Jelinek : la cupidité des investisseurs pour obtenir toujours plus de rendements et celle des banquiers qui veulent toujours plus de chiffre. L'expérience a encore tout récemment montré que la démesure des uns et des autres mène inévitablement à la catastrophe. Pour autant, la fin de l'ère du capitalisme n'a pas sonné – retour à la case départ après le crash, et des bonus de plusieurs millions font de nouveau le pain quotidien des conseillers financiers.

« Jelinek reste la chroniqueuse la plus perspicace et la plus pertinente sur le plan littéraire de notre époque... Le procédé stylistique qui la caractérise, une langue qui exécute des pirouettes sur le principe de l'association, devient un principe essentiel ... Le texte est précis, perfide et polémique - au terme de toutes ces pages, Jelinek se moque de la pensée. Et penser, celui qui s'est escrimé en période de crise économique le sait bien, penser signifie transformer. »
(Th. Der Zeit)

« Bénie soit la crise économique quand elle donne lieu à de telles pièces de théâtre. »

La cupidité rencontre la cupidité dans la comédie économique plutôt sombre d'Elfriede Jelinek : la cupidité des investisseurs pour obtenir toujours plus de rendements et celle des banquiers qui veulent toujours plus de chiffre. L'expérience a encore tout récemment montré que la démesure des uns et des autres mène inévitablement à la catastrophe. Pour autant, la fin de l'ère du capitalisme n'a pas sonné – retour à la case départ après le crash, et des bonus de plusieurs millions font de nouveau le pain quotidien des conseillers financiers.

« Jelinek reste la chroniqueuse la plus perspicace et la plus pertinente sur le plan littéraire de notre époque... Le procédé stylistique qui la caractérise, une langue qui exécute des pirouettes sur le principe de l'association, devient un principe essentiel ... Le texte est précis, perfide et polémique - au terme de toutes ces pages, Jelinek se moque de la pensée. Et penser, celui qui s'est escrimé en période de crise économique le sait bien, penser signifie transformer. »
(Th. Der Zeit)

« Bénie soit la crise économique quand elle donne lieu à de telles pièces de théâtre. »