Le Chant du Dire-Dire

Trois frères et une sœur, deux fois orphelins après la disparition de leurs parents adoptifs, traversés par un éclair une nuit d’orage, ont hérité d’une cabane branlante et d’une étrange machine : le Dire-Dire, une sorte de cornet en cuivre où chacun déverse ses peines et ses joies. Organisés en tribu, ils refusent toute intrusion sur leurs terres, soudés entre eux par une « Société d’Amour ». Partie à la conquête des villes en chantant, leur sœur revient bientôt, défaite, la voix perdue, les membres sans mouvements. Commence une course aussi vaine qu’affolée pour lui redonner vie. 

 Traductions :
- Traduction anglaise de Linda GABORIAU, Edition Talonbooks, 1998 (soutien d’atelier par Banff Center et PlayRites, Alberta Theater Projects, 1998)
- Traduction allemande d’Uta ACKERMANN pour la production de la Schaubühne de Berlin. Publication dans la revue Theater heute et S. Fischer Verlag, 2000
- Traduction italienne de Gioia COSTA, Edition Oedipius
- Traduction suédoise de Johanna ENCKELL
- Traduction espagnole (version mexicaine) d’Elena GUIOCHINS et Boris SCHOEMANN, 2001
- Traduction en espagnol et galicien de Franck MEYER
- Traduction en lituanien de Rasa VASINAUSKAITE
- Traduction finnoise de Reita LUNATVUORI
- Traduction novégienne de Oj SKJELBRED

  • Fiche technique
    • Éditeur : L'Arche
    • Nombre de rôles masculins : 3
    • Nombre de rôles féminins : 1

Trois frères et une sœur, deux fois orphelins après la disparition de leurs parents adoptifs, traversés par un éclair une nuit d’orage, ont hérité d’une cabane branlante et d’une étrange machine : le Dire-Dire, une sorte de cornet en cuivre où chacun déverse ses peines et ses joies. Organisés en tribu, ils refusent toute intrusion sur leurs terres, soudés entre eux par une « Société d’Amour ». Partie à la conquête des villes en chantant, leur sœur revient bientôt, défaite, la voix perdue, les membres sans mouvements. Commence une course aussi vaine qu’affolée pour lui redonner vie. 

 Traductions :
- Traduction anglaise de Linda GABORIAU, Edition Talonbooks, 1998 (soutien d’atelier par Banff Center et PlayRites, Alberta Theater Projects, 1998)
- Traduction allemande d’Uta ACKERMANN pour la production de la Schaubühne de Berlin. Publication dans la revue Theater heute et S. Fischer Verlag, 2000
- Traduction italienne de Gioia COSTA, Edition Oedipius
- Traduction suédoise de Johanna ENCKELL
- Traduction espagnole (version mexicaine) d’Elena GUIOCHINS et Boris SCHOEMANN, 2001
- Traduction en espagnol et galicien de Franck MEYER
- Traduction en lituanien de Rasa VASINAUSKAITE
- Traduction finnoise de Reita LUNATVUORI
- Traduction novégienne de Oj SKJELBRED