Nous utilisons les cookies pour personnaliser le contenu et analyser notre trafic. Veuillez décider quel type de cookies vous êtes prêt à accepter.

La Loi du plus fort

(Das Recht des Stärkeren)

Nadja, une jeune réalisatrice, se rend en Colombie pour tourner un documentaire visant à dénoncer les connivences entre une multinationale exploitant les mines de charbon et un groupe paramilitaire. Pour cela, elle parvient à trouver la personne idéale : Álvaro, ancien soldat de Diego Cuarenta et témoin de multiples massacres perpétrés sur les paysans. Ce dernier, ayant tout perdu, se dit prêt à tout pour briser la roue du silence, jusqu’à s’exprimer à visage découvert et risquer sa vie. Mais bientôt, le témoin semble se rétracter. Que faire, alors ? Aller jusqu’à le condamner à une mort certaine pour permettre une prise de conscience collective, ou accepter sa décision et capituler, tant artistiquement que politiquement ? Dans une pièce structurée à la manière d’un véritable film, Dominik Busch interroge les limites de l’engagement politique sous un fond de terrorisme généralisé, qu’il provienne de groupes armés ou d’acteurs légaux.

Les autres pièces de Dominik Busch à l’Agence théâtrale

Ouvrir

La Loi du plus fort

(Das Recht des Stärkeren)

  • Traducteurs
    • Silvia Berutti-Ronelt
    • Jean-Claude Berutti
  • Fiche technique
    • Texte inédit
    • Langue source : allemand
    • Nombre de rôles masculins : 4
    • Nombre de rôles féminins : 1

Nadja, une jeune réalisatrice, se rend en Colombie pour tourner un documentaire visant à dénoncer les connivences entre une multinationale exploitant les mines de charbon et un groupe paramilitaire. Pour cela, elle parvient à trouver la personne idéale : Álvaro, ancien soldat de Diego Cuarenta et témoin de multiples massacres perpétrés sur les paysans. Ce dernier, ayant tout perdu, se dit prêt à tout pour briser la roue du silence, jusqu’à s’exprimer à visage découvert et risquer sa vie. Mais bientôt, le témoin semble se rétracter. Que faire, alors ? Aller jusqu’à le condamner à une mort certaine pour permettre une prise de conscience collective, ou accepter sa décision et capituler, tant artistiquement que politiquement ? Dans une pièce structurée à la manière d’un véritable film, Dominik Busch interroge les limites de l’engagement politique sous un fond de terrorisme généralisé, qu’il provienne de groupes armés ou d’acteurs légaux.

Les autres pièces de Dominik Busch à l’Agence théâtrale

Ouvrir