Et la nuit chante

(Natta syng sina songer)


Au centre de Et la nuit chante, un couple : lui passe son temps à lire, allongé sur un canapé ; elle désire une autre vie. Ils ont un bébé et les parents du jeune homme viennent voir leur petit-fils. Un soir, alors qu’elle est sortie, le jeune homme regarde par la fenêtre et attend son retour.


Ce ne sont pas des gens extraordinaires qui peuplent les pièces de Jon Fosse ; ils sont banals et ne se font que rarement remarquer par des actions spectaculaires. Et pourtant ils savent créer cette tension qui fait qu’une habitude, un incident quotidien deviennent un événement dramatique. Nous vivons dans l’attente de ce que demain, voire la prochaine heure, leur apportera. Voilà un élément très classique dans les pièces de Fosse, rappelant la crainte et la pitié pour les héros qu’Aristote vit à l’œuvre dans toute tragédie.




Au centre de Et la nuit chante, un couple : lui passe son temps à lire, allongé sur un canapé ; elle désire une autre vie. Ils ont un bébé et les parents du jeune homme viennent voir leur petit-fils. Un soir, alors qu’elle est sortie, le jeune homme regarde par la fenêtre et attend son retour.


Ce ne sont pas des gens extraordinaires qui peuplent les pièces de Jon Fosse ; ils sont banals et ne se font que rarement remarquer par des actions spectaculaires. Et pourtant ils savent créer cette tension qui fait qu’une habitude, un incident quotidien deviennent un événement dramatique. Nous vivons dans l’attente de ce que demain, voire la prochaine heure, leur apportera. Voilà un élément très classique dans les pièces de Fosse, rappelant la crainte et la pitié pour les héros qu’Aristote vit à l’œuvre dans toute tragédie.