Embrasser les ombres

(Och ge oss skuggorna)

 

L’héritage scandinave de Norén se combine avec ses affinités électives américaines : Williams et O’Neill. Embrasser les ombres, qui peut être lue comme une pièce sur Eugene O’Neill, esquisse la situation d’un auteur qui a cessé d’écrire, qui doit supporter que sa femme se drogue et que son fils ne soit qu’un vaurien. Il trace le portrait d’un homme pour qui le tragique n’implique pas forcément le malheur et pour lequel la confrontation avec la vérité est libératrice.

 

  • Traducteurs
    • Louis-Charles Sirjacq
    • Per Nygren
  • Fiche technique
    • Éditeur : L'Arche
    • Nombre de rôles masculins : 4
    • Nombre de rôles féminins : 1

 

L’héritage scandinave de Norén se combine avec ses affinités électives américaines : Williams et O’Neill. Embrasser les ombres, qui peut être lue comme une pièce sur Eugene O’Neill, esquisse la situation d’un auteur qui a cessé d’écrire, qui doit supporter que sa femme se drogue et que son fils ne soit qu’un vaurien. Il trace le portrait d’un homme pour qui le tragique n’implique pas forcément le malheur et pour lequel la confrontation avec la vérité est libératrice.