Saleté

(Dreck)

Dans toute société, et surtout dans une société en crise, « l'autre » symbolise souvent une menace. Immigré, clandestin ou tout simplement citoyen jeté à la rue par un destin aveugle, le « pas comme les autres » est la cible de toutes les suspicions.
Saleté, c'est une nuit avec Sad. Sad est arabe. Il était étudiant en philosophie, il a fui l'Irak de Saddam Hussein, mais n'est pas pour autant réfugié politique. C'est un sans-papiers qui a laissé un enfant aux yeux noirs quelque part, sa famille et un amour à Bassorah. Sad dit ce qu'il entend, ce qu'il ressent mais qui ne s'exprime pas : le regard de l'autre sur la différence de peau, d'habitudes et de comportement.
Les mots de Robert Schneider sont trempés dans l'acide et nous font l'effet d'une claque. Né en 1961 en Autriche, il écrit des romans et des pièces de théâtre. Il a reçu le prix Médicis étranger pour son roman Frère sommeil, adapté au cinéma et transposé en livret d'opéra.

Robert Schneider à l’Agence théâtrale

Ouvrir
Fermer

Saleté

(Dreck)

Dans toute société, et surtout dans une société en crise, « l'autre » symbolise souvent une menace. Immigré, clandestin ou tout simplement citoyen jeté à la rue par un destin aveugle, le « pas comme les autres » est la cible de toutes les suspicions.
Saleté, c'est une nuit avec Sad. Sad est arabe. Il était étudiant en philosophie, il a fui l'Irak de Saddam Hussein, mais n'est pas pour autant réfugié politique. C'est un sans-papiers qui a laissé un enfant aux yeux noirs quelque part, sa famille et un amour à Bassorah. Sad dit ce qu'il entend, ce qu'il ressent mais qui ne s'exprime pas : le regard de l'autre sur la différence de peau, d'habitudes et de comportement.
Les mots de Robert Schneider sont trempés dans l'acide et nous font l'effet d'une claque. Né en 1961 en Autriche, il écrit des romans et des pièces de théâtre. Il a reçu le prix Médicis étranger pour son roman Frère sommeil, adapté au cinéma et transposé en livret d'opéra.

Robert Schneider à l’Agence théâtrale

Ouvrir
Fermer