Les Antinomies de la modernité

(Die Antinomien der Moderne)

S.N. Eisenstadt est sociologue et enseigne notamment à l’Université hébraïque de Jérusalem. Ses travaux historiques et théoriques, sur la modernité et la tradition, sur les origines et l’évolution des grandes cultures de l’humanité, sont mondialement reconnus.

Les questions de l’hétérodoxie et de l’utopisme ont retenu plus particulièrement son attention. Eisenstadt étudie ces phénomènes dans les grandes cultures et détecte que le fondamentalisme, contrairement à ce qu’on a l’habitude de penser, est avant tout un phénomène moderne faisant partie des antinomies de la modernité.

Les mouvements fondamentalistes modernes peuvent être considérés comme le produit d’une transformation historique : la transformation, sur un mode moderne, d’utopies hétérodoxes qui se sont développées dans certaines civilisations de l’âge axial et qui ont été aussi, en partie dans les grandes révolutions, à l’origine de la modernité. L’aspect essentiel de cette transformation est l’appropriation par le mouvement fondamentaliste d’un point essentiel du programme de la modernité élaboré au cours de ces révolutions, à savoir le totalitarisme jacobin.

Les Antinomies de la modernité

(Die Antinomien der Moderne)

  • Traducteur
    • Laurent Cassagnau
  • Fiche technique
    • Publié en 1997
    • 144 pages
    • Prix : 15.00 €
    • Langue source : allemand
    • ISBN : 9782851814012

S.N. Eisenstadt est sociologue et enseigne notamment à l’Université hébraïque de Jérusalem. Ses travaux historiques et théoriques, sur la modernité et la tradition, sur les origines et l’évolution des grandes cultures de l’humanité, sont mondialement reconnus.

Les questions de l’hétérodoxie et de l’utopisme ont retenu plus particulièrement son attention. Eisenstadt étudie ces phénomènes dans les grandes cultures et détecte que le fondamentalisme, contrairement à ce qu’on a l’habitude de penser, est avant tout un phénomène moderne faisant partie des antinomies de la modernité.

Les mouvements fondamentalistes modernes peuvent être considérés comme le produit d’une transformation historique : la transformation, sur un mode moderne, d’utopies hétérodoxes qui se sont développées dans certaines civilisations de l’âge axial et qui ont été aussi, en partie dans les grandes révolutions, à l’origine de la modernité. L’aspect essentiel de cette transformation est l’appropriation par le mouvement fondamentaliste d’un point essentiel du programme de la modernité élaboré au cours de ces révolutions, à savoir le totalitarisme jacobin.