La Trame cachée

(The Hidden plot)

Le défi, au moins, est clair : le lecteur est convié à la révélation de mécanismes souterrains parfois invisibles et pourtant bien actifs dans notre vie de citoyens, de spectateurs de théâtre, de public des œuvres d'art.

Bien sûr, le lecteur peut, de temps en temps, être étonné de l'argumentation de Bond ; par exemple, lorsqu'il qualifie le théâtre fondé sur l'effet de la distanciation (terme étroitement lié au théâtre de Brecht) de Théâtre d'Auschwitz. Bond sait évidemment, et il le souligne lui-même, que Brecht a consacré sa vie, a déployé toute son énergie, pour que des cercles d'enfer tels qu'Auschwitz ou le Goulag soient impossibles. Que veut-il donc dire par là ? Il veut dire qu'un théâtre qui reprend à son compte l'idée que la raison est le meilleur moyen pour éduquer l'humanité est une erreur. Bond met au centre de sa dramaturgie le concept d'imagination et ne peut évidemment pas résister à la tentation de se démarquer de son grand prédécesseur par une antithèse qui donne encore une fois raison à l'importance de la dialectique qui, comme chacun sait, est un autre pilier important dans la dramaturgie de Brecht. Mais laissons de côté ce débat ; le livre de Bond se révélera comme un moyen indispensable pour comprendre l'écriture dramatique –  c'est-à-dire le monde –  d'aujourd'hui.

La Trame cachée

(The Hidden plot)

Auteur

  • Traducteurs
    • Georges Bas
    • Jérôme Hankins
    • Séverine Magois
  • Fiche technique
    • Publié en 2003
    • 320 pages
    • Prix : 25.00 €
    • Langue source : anglais
    • ISBN : 9782851815477

Le défi, au moins, est clair : le lecteur est convié à la révélation de mécanismes souterrains parfois invisibles et pourtant bien actifs dans notre vie de citoyens, de spectateurs de théâtre, de public des œuvres d'art.

Bien sûr, le lecteur peut, de temps en temps, être étonné de l'argumentation de Bond ; par exemple, lorsqu'il qualifie le théâtre fondé sur l'effet de la distanciation (terme étroitement lié au théâtre de Brecht) de Théâtre d'Auschwitz. Bond sait évidemment, et il le souligne lui-même, que Brecht a consacré sa vie, a déployé toute son énergie, pour que des cercles d'enfer tels qu'Auschwitz ou le Goulag soient impossibles. Que veut-il donc dire par là ? Il veut dire qu'un théâtre qui reprend à son compte l'idée que la raison est le meilleur moyen pour éduquer l'humanité est une erreur. Bond met au centre de sa dramaturgie le concept d'imagination et ne peut évidemment pas résister à la tentation de se démarquer de son grand prédécesseur par une antithèse qui donne encore une fois raison à l'importance de la dialectique qui, comme chacun sait, est un autre pilier important dans la dramaturgie de Brecht. Mais laissons de côté ce débat ; le livre de Bond se révélera comme un moyen indispensable pour comprendre l'écriture dramatique –  c'est-à-dire le monde –  d'aujourd'hui.