Virginia Woolf

Virginia Woolf (1882-1941) est l'un des plus grands écrivains du XXe siècle. Elle s'affranchit des codes du roman et expose les inégalités auxquelles les femmes doivent faire face.

Élevée dans une famille cultivée de la société victorienne, Virginia passe des heures à lire dans la bibliothèque familiale. La mort de sa mère, puis celle de son père en 1904 l'entraînent dans une profonde crise de dépression. La fratrie (Virginia, son frère, sa sœur) achète une maison et rencontre de jeunes intellectuels, avec qui ils forment le groupe de Bloomsbury. Elle se marie avec l'un des membres, Leonard Woolf, en 1912. Elle publie son premier roman, La Traversée des apparences en 1915, roman qui porte des traces autobiographiques. Virginia et Leonard créent la Hogarth Press en 1917, ce qui permet à Virginia d'y publier ses ouvrages. Dès lors elle ne cesse plus d'écrire (Nuit et jour paru en 1919, La Chambre de Jacob, en 1922) et publie son chef-d'oeuvre, Mrs Dalloway en 1925. C'est un grand succès. Elle dépeint dans ses ouvrages le mal de vivre et les souffrances intimes sans pour autant déployer de grandes intrigues romanesques.

En 1927 paraît Promenade au phare, l'une de ses œuvres majeures, très autobiographique, puisqu'elle y décrit ses parents. Elle excelle à écrire selon la technique du "flux de conscience" et à se détacher d'une chronologie. Elle rédige également deux autres romans importants : Orlando en 1928 et Les Vagues en 1931. Elle publie aussi plusieurs essais féministes (Une chambre à soi, en 1929, et Trois guinées, en 1938). Après avoir achevé son dernier roman, Entre les actes, pressentant une nouvelle crise de dépression, elle se suicide en 1941 dans une rivière.

Les livres de Virginia Woolf à L’Arche