Catalogue des publications

<<< Retour à la liste des œuvres de cet auteur

Bertolt BRECHT

Baal

Traduit de l’allemand par Guillevic, 1956, 84 p.
ISBN : 9782851810755 - 9,50€

Résumé :

Au printemps 1918, Brecht écrivait à un ami : « Je voudrais écrire une pièce sur François Villon, qui fut au XVe siècle assassin, brigand, chansonnier et poète. » La remarque peut être considérée comme le début d’un intense dialogue avec la vie non seulement de Villon, mais aussi de Rimbaud et de Verlaine. Avec en perspective sa propre existence.

Baal est sans doute le texte le plus personnel de Brecht. Un texte de jeunesse que l’on passe sa vie à remanier, sans jamais en être totalement satisfait. Il n’en existe pas moins de cinq versions. Nous publions ici la dernière, celle de 1955.

De quoi ça parle ? On pourrait dire, en un mot : de l’appétit. Appétit du monde, qui ne s’exprime pas tant par l’histoire racontée que par la puissance verbale et par la présence du corps humain et du paysage. Les deux grands (f)acteurs de la pièce sont le sexe et le paysage : les « corps blancs » et le « ciel violet ». Cet appétit du monde fait penser à la quête faustienne, mais détournée, renversée : l’aspiration n’est plus métaphysique, mais physique. Et elle ne débouche pas sur la création mais sur la dé-composition. Le poète Baal consomme le monde. Ses poèmes vivent de la destruction de la bien-aimée et de l’ami. En ce sens, il est bien « le méchant Baal », « l’associal ».

 
Nos actus en bref

Communiqué de presse
L'Arche change de mains

Daniel DANIS
Les Orphelines de Mars

Bertolt Brecht
Baal

Ferdinand von SCHIRACH
Terreur

Fabrice MELQUIOT
La Grue du Japon

Stefano MASSINI
Terre noire / O-dieux

 Facebook
 Twitter